Carte d'identité des additifs alimentaires

Les additifs sont des substances qui, ajoutées en petite quantité, permettent notamment :

- d'aider à la conservation en empêchant la présence et le développement de microorganismes indésirables (par exemple : moisissures ou bactéries responsables d'intoxications alimentaires) (conservateurs);
- d'éviter ou de réduire les phénomènes d'oxydation qui provoquent entre autres le rancissement des matières grasses ou le brunissement des fruits et légumes coupés (anti-oxygène) ;
- d'améliorer la présentation ou la tenue des produits (agents de texture :émulsifiants, stabilisants, épaississants, gélifiants) ;
- de rendre aux aliments, de renforcer ou de conférer une coloration (colorants) ou de renforcer leur goût (exhausteurs de goût ou exaltateurs d'arôme).
En Europe, l'utilisation des additifs est strictement réglementée selon le principe dit "de listes positives"
 à savoir: CE QUI N'EST PAS EXPRESSÉMENT AUTORISE EST INTERDIT.

Donc un nouvel additif ne peut être utilisé qu'après :

- avis de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA);
- avis du Comité scientifique de l'alimentation humaine ;
- qu'un arrêté d'autorisation, co-signé par les ministres chargés de l'économie, de la santé, de l'agriculture et de l'industrie, en précise les modalités d'emploi (doses et produits dans lesquels il peut être employé).

Les additifs doivent obligatoirement être mentionnés sur l'étiquette des denrées alimentaires :
- soit en clair (par exemple : "poudre à lever : bicarbonate de sodium") ;
- soit à l'aide d'un code précédé du nom de la catégorie (par exemple : "colorant E 102 ").

Le code utilisé est fixé au niveau européen.
Il se compose de la lettre "E" suivie d'un numéro permettant d'identifier facilement la catégorie. Par exemple :


- 100 pour les colorants;
- 200 pour les conservateurs;
- 300 pour les agents anti-oxygène;
- 400 pour les agents de texture.